European Games 2017 | Célie et Émeline

En vue des European Games, la coupe d’Europe des Nations du quidditch, nous avons interviewé les joueurs et joueuses de l’Équipe de France. Voici le portrait de Célie Josse-Chevrollier et Émeline Bosc.

Célie :
– Âge : 24 ans
– Situation pro : AED
– Équipe(s) d’origine : Les Hermines de Rennes
– Poste : poursuiveuse / attrapeuse
– Expérience en quidditch : 2 ans et demi

Émeline :
– Âge : 20 ans
– Situation pro : Étudiante en BTSA Gestion et protection de la nature
– Équipe(s) d’origine : A commencé avec Toulouse Muggle Quidditch et a fait sa première saison avec les Crookshanks de Lyon
– Poste : poursuiveuse
– Expérience en quidditch  : 6 ans

– Comment avez-vous découvert le quidditch ?
Célie : Grâce à des affiches accrochées à la fac. Étant fan d’Harry Potter (oui j’entretiens le cliché) et souhaitant me remettre au sport, j’avais trouvé qu’il s’agissait d’un bon compromis. J’ai donc assisté au premier entraînement organisé à Rennes avec l’aide de l’équipe de Nantes et ai tout de suite eu le coup de cœur pour ce sport.
Émeline : Par le concours Harry Potter dans ta ville pour accueillir l’avant première d’Harry Potter et les Reliques de la mort (1ère partie). Suite au concours, plusieurs fans toulousains se sont rassemblés, j’ai vu l’équipe de Toulouse se créer et j’en ai fait partie dès ses débuts.

– Un moment marquant de quidditch à partager avec nous ?
Célie : La sixième place des Hermines à la Coupe de France. Notamment la performance de nos batteuses qui nous ont sauvé la mise, mais aussi attraper le vif d’or contre Lyon. Il est possible que mes ami-e-s lyonnais-es m’en veuillent toujours un peu pour cet attrapage en particulier et je ne manquerais jamais une occasion de le leur rappeler de façon subtile…
Émeline : La coupe de France 2015-2016 où Toulouse s’est qualifié pour l’EQC, défiant la plupart des pronostics.

– Comment se sont passées les sélections pour vous ?
Célie : Un peu plus sereinement et sérieusement que l’année dernière, cette fois-ci je croyais plus en mes chances et je me suis donc donné les moyens de réaliser un des objectifs que je m’étais fixés en début d’année.
Émeline : C’était mal parti… J’ai enchaîné plusieurs blessures dans qui m’ont empêchée de m’entraîner pendant pas mal de temps. Je ne pensais pas pouvoir prendre une place cette année mais j’ai continué les entraînements EdF pour préparer la saison prochaine et finalement… Tout n’était pas perdu pour moi !

– Des équipes à surveiller en particulier ?
Célie : Un grand sage a dit : « Tous les matchs sont une finale, même la finale est une finale. » Blague à part, il va falloir se méfier de toutes les équipes du groupe A. Ça serait bête de perdre contre la Norvège en quarts de finale… (je sais aussi être subtile avec les Titans)

Quelles sont selon vous vos forces et / ou faiblesses sur le terrain ?
Célie : Mise à part ma forme physique qui n’est pas olympique, je dirais que mon petit gabarit pourrait constituer une faiblesse contre certaines armoires à glace alors qu’il peut aussi bien servir l’effet de surprise parce qu’on ne s’attend pas toujours à ce qu’une petite bonne femme vienne mettre à terre des beaux bébés de 90kg ! Le physique mis à part, une de mes plus grandes forces réside dans ma rage de vaincre, on me dit tenace comme le ratel !
Émeline : La communicationne est difficileuh avec mon accentg con !

– Que pensez-vous du roster de l’équipe ? Quelles sont ses forces / faiblesses ?
Célie : Pour citer un autre grand poète : « C’est correct ». En réalité je suis heureuse et fière que les sélectionneuses et sélectionneur accordent leur confiance aux joueuses et les poussent à exploiter des qualités qu’on a trop pris l’habitude de brider.
Émeline : So strong, much wow .

– À quoi vous attendez-vous pour ces European Games ?
Célie : De la sueur, du sang et des larmes de joie quand l’Équipe de France gagnera la finale !
Et du champagne aussi. Et des jacuzzis. Et les hourras de la foule. Et des demandes d’autographes. Et des lancers de petites culottes. Et un défilé sur les Champs Elysées. Et la poignée de main du plus jeune, du plus beau et du plus fort des présidents. Et des quidcrushs, une avalanche de quidcrushs !

Émeline : A beaucoup de sueur et à ma première finale !

Leave a Reply