European Games 2017 | Miki et Antoine

En vue des European Games, la coupe d’Europe des Nations du quidditch, nous avons interviewé les joueurs et joueuses de l’Équipe de France. Voici le portrait d’Antoine Luppi et de Miki Stancic.

Présentation :

Antoine :

Âge : 27 ans

Situation : Sans emploi

Équipe d’origine : Titans Paris Quidditch

Poste : Poursuiveur

Expérience en quidditch : 4 ans

Miki Stancic :

Âge : 20 ans 

Situation :étudiante

Équipe d’origine : Titans Paris Quidditch

Poste : poursuiveuse

Expérience en quidditch : Deux ans et demi

– Comment avez-vous découvert le quidditch ?

Antoine : J’ai découvert le quidditch par des amis de la fac. Je m’étais blessé au genou et à la fin de ma rééducation je me suis  » Bon, j’ai rien a faire je vais aller les voir s’entraîner  » j’ai vu qu’ils faisaient de la prépa, donc je me suis dit  » la semaine prochaine j’essaye  » et je joue depuis.

Miki : J’ai commencé à l’université de Sydney chez moi, après en avoir entendu parlé pendant la semaine de la rentrée. J’ai joué au basket et j’ai toujours aimé le sport, du coup après avoir essayé le quidditch j’ai accroché et j’ai été impressionnée par le dynamisme du sport.
– Un moment marquant de quidditch à partager avec nous ?

Antoine : La première coupe de France de quidditch que j’ai gagné avec les Frog est sûrement mon moment le plus marquant au quidditch, car c’était la première et qu’on avait vraiment galéré pour en arriver là.

Miki : Gagner le championnat de la Nouvelle-Galles du Sud en tant qu’outsider était vraiment génial, comme on nous prédisait une quatrième place et qu’on a battu beaucoup d’équipes pour la première fois.
– Comment se sont passées les sélections pour vous ?
Antoine : Je me suis pas vraiment posé la question. Je me suis entraîne dur, j’ai jouer sans spécialement penser a la sélection, et mon travail a payé.

Miki : J’étais surprise et reconnaissante d’être envisagée pour l’Équipe de France étant donné que j’ai rejoint les Titans cette année. J’ai fait de mon mieux et ça a marché.

– Des équipes à surveiller en particulier ?

Antoine : l’Angleterre est l’équipe qui pourra nous poser le plus de problème, avec la Norvège et la Turquie

Miki : Le Royaume-Uni étant donné qu’ils sont allés loin l’année dernière (Ndlr : jusqu’en finale où ils ont perdu face à la France), et la Turquie après la performance des METU à l’EQC.
– Quelles sont selon vous vos forces et / ou faiblesses sur le terrain ?

Antoine : Mes forces sont je pense mon gabarit, ma vitesse et ma défense en pointe. Mes faiblesses… Je dirais le marquage individuel et je m’énerve un peu vite.

Miki : Je pense que je défends bien, et que je suis douée pour marquer et ne pas lâcher un joueur. De plus, je n’abandonne jamais la balle, et quand je joue, je me bats pour chaque action. Mes faiblesses sont probablement ma petite taille et les plaquages.

– Que pensez-vous du roster de l’équipe ? Quelles sont ses forces / faiblesses ?

Antoine : C’est un très bon roster avec des joueurs de qualité. Ses forces sont la qualité des poursuiveurs qui sont tous bon individuellement et un jeu de batteur solide. Ses faiblesses si il devait il y en avoir une serait le  » petit  » gabarit des batteurs

Miki : C’est un bon roster, je pense qu’il va faire une bonne performance, avec un éventail de niveaux différents, et qu’il va relever le défi des nouvelles règles relatives aux genres (Ndlr : un maximum de 14 joueurs / euses du même genre est requis pour une équipe de 21). Je ne lui vois pas de faiblesse.
– À quoi vous attendez-vous pour les European Games ?

Antoine : Gagner !

Miki : À jouer contre les meilleures équipes et à prouver que l’Équipe de France est la meilleure d’Europe.

Leave a Reply