European Games 2017 | Shadé et Boris

En vue des European Games, la coupe d’Europe des Nations du quidditch, nous avons interviewé les joueurs et joueuses de l’Équipe de France. Voici le portrait de Folashade « Shadé »  Jaiyeola et de Boris Martin.

Shadé :
– Âge : 24 ans
– Situation pro : Étudiante en Politique de l’Environnement
– Équipe(s) d’origine : Titans Paris Quidditch
– Poste : Poursuiveuse
– Expérience en quidditch : bientôt quatre ans

Boris :
– Âge : 27 ans
– Situation pro : patron d’un escape game et d’un archery tag
– Équipe(s) d’origine : Titans Paris Quidditch
– Poste : Poursuiveur / attrapeur
– Expérience en quidditch : cinq ans

– Des équipes à surveiller en particulier ?

Shadé : L’Equipe Turque, les Belges et les Norvégiens. Et les Anglais bien sûr, contre qui nous avons disputé la dernière finale des EG.

Boris : Toutes les équipes ont leurs chances. Dans le top on retrouvera très certainement la Belgique, la Turquie et le Royaume-Uni.

– Quelles sont selon vous vos forces et / ou faiblesses sur le terrain ?

Shadé : Je suis une bonne force défensive qui ne lâche rien et qui s’efforce d’écouter ses coéquipiers sur le terrain. Je dois encore travailler mon endurance, et ma rapidité d’action.

Boris : Mes forces sont ma détermination et ma vision de jeu. Quant aux faiblesses, on les garde pour soi !

– Que pensez-vous du roster de l’équipe ? Quelles sont ses forces / faiblesses ?

Shadé : Quelles sont ses forces / faiblesses ? C’est une bonne équipe avec des éléments prometteurs. Chacun a sa place et se complète, mais il faut encore apprendre à s’écouter et à se faire confiance.

Boris : Le roster me paraît très bien, j’espère qu’on arrivera à jouer plus soudé que l’année dernière.

– À quoi vous attendez-vous pour ces EG ?

Shadé : Nous venons pour conserver le titre bien entendu, mais ce n’est pas gagné. Il va falloir garder la tête froide et apprendre d’erreurs passées. En tout cas, ce sera une très bonne expérience de quidditch et de rencontres comme toutes les compétitions auxquelles j’ai participé jusqu’ici.

Boris : Tout est possible pour cette édition des European Games; on a bien vu à l’EQC que les cinq premières équipes venaient de cinq nations différentes.

Leave a Reply