Logo ©Collège Charles de Gaulle
Logo du club de quidditch ©Collège Charles de Gaulle

INTERVIEW | Le collège Charles de Gaulle (Montcornet) explique pourquoi il a souhaité rejoindre la Fédération

Suite au vote du Conseil d’administration du Collège Charles de Gaulle (anc. Le Ruisseau) à Montcornet (Aisne), le Club « Cercle Magus » est officiellement affilié à la Fédération du Quidditch français, sous la forme d’une section incluse à la Fédération, depuis le 16 octobre 2016. Les explications des professeurs à l’origine du projet.

Le Collège anciennement « Le Ruisseau » est ainsi le premier établissement scolaire à rejoindre la Fédération. Un moment historique dont nous sommes fiers. Et l’établissement scolaire également. La section « Cercle Mague » se compose de 4 équipes : la maison Mortarion, la maison Crocs-de-Nuits, la maison Vulpes Calligum et la maison Sciurus Joyus.

Quidditch.fr : Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter ?
Les professeurs du Collège : Nous sommes quatre professeurs impliqués dans ce projet :

  • Emmanuel Del Canto, professeur-documentaliste, maître de la maison Crocs-de-Nuit et accessoirement batteur lors des matchs de Quidditch ;
  • Marlène Duplantier, professeur d’anglais, maîtresse de la maison Sciurus Joyus et coach redouté ;
  • Benjamin Le Bris, professeur de SVT, maître de la maison Vulpes Calligum et poursuiveur (on l’appelle le « bélier ») ;
  • Clément Rendu, professeur d’Histoire-Géographie-EMC, maître de la maison Mortarion, vif-d’or et poursuiveur à ses heures perdues.

Le collège Charles de Gaulle est le premier établissement scolaire à rejoindre la Fédération. Comment vous est venue l’idée de créer des équipes de quidditch ?
Tout est parti d’un canular. Au début de l’année dernière à l’occasion d’un cours classique de 6ème au CDI, les élèves ont demandé ce que faisait si souvent Clément Rendu dans la réserve [une pièce annexe ou se sont accumulés les documents et les objets en tout genre depuis des années avant que nous arrivions]. Emmanuel Del Canto, qui avait choisi un tome d’Harry Potter en guise de support pour son cours, a répondu naturellement : « Il joue au quidditch« . Lors du cours suivant Clément est revenu avec un balai et s’est enfermé dans la réserve en prétextant un match. 20 minutes, après des cris et des bruits étranges, il est ressorti avec une coupe. La légende était née !!! Très vite la « réserve magique » est devenue l’objet de toutes les curiosités. Les élèves du club presse en sont même venus à interroger Clément et Emmanuel sur leur pratique du Quidditch, à leur exiger des preuves (photos, nom du club…) et à leur demander de leur enseigner ce sport. Après des montages convaincants, qui ont servi par la suite à nourrir un cours d’EMC [enseignement moral et civic] sur la désinformation, les élèves ont reçu dans leur casier un parchemin les convoquant à leur premier entrainement de quidditch. L’idée a rencontré un tel succès que les professeurs ont construit un projet plus global autour du monde de la magie dans le cadre de la réforme du collège.

©Collège Charles de Gaulle
Montage réalisé par les enseignants ©Collège Charles de Gaulle

Comment avez-vous pris connaissance de l’existence du quidditch en France ?
Pour affiner nos canulars, puis notre projet, nous nous sommes renseignés sur internet et avons découvert le site de la Fédération. Nous savions que le quidditch moldu existait, mais pas qu’il était à ce point développé.

Combien de collégiens participent à cette section sportive ?
Pour cette année nous avions fixé la limite à 40 élèves, aujourd’hui nous en avons 37 surmotivés.

Pourquoi 4 maisons ? Est-ce en rapport avec Harry Potter?
Oui, bien entendu c’est en rapport avec la célèbre école du sorcier à lunettes mais cela répond aussi à des contraintes pratiques qui sont induites par le fonctionnement de l’atelier et de l’emploi du temps des élèves. En début d’année, les élèves ont été répartis dans chacune des 4 maisons au cours d’une cérémonie avec le célèbre « choixpeau ». Dans les faits, les élèves se retrouvent une heure par semaine avec leur maître de maison pour réaliser différents projets ludiques et pédagogiques liés à l’univers du « wizarding world », un par période, permettant de développer des compétences transversales du socle commun. En plus chaque semaine, deux équipes s’affrontent au cours d’un match d’entraînement en vue du championnat. Les projets et les résultats des matchs rapportent des points pour déterminer qui remportera la « Coupe des 4 maisons ».

Comment avez-vous choisi le nom de ces maisons (la maison Mortarion, la maison Crocs-de-Nuit, la maison Vulpes Calligum et la maison Sciurus Joyus) ?
Ce sont les élèves qui ont défini ces noms dans le cadre du premier projet qui a consisté à réaliser un grimoire relatant l’histoire du fondateur de leur maison en respectant un cadre narratif et chronologique précis. Les élèves pourraient en parler mieux que nous.

Comment se déroulent vos entraînements ?
Chaque vendredi midi, deux équipes se rendent au gymnase avec les 4 maîtres de maison, chargés de l’arbitrage. Après une courte session de coaching, elles disputent un match d’une vingtaine de minutes sous les acclamations des deux autres équipes.

Que représente pour vous l’affiliation à la FQF ?
Cette affiliation est pour nous l’opportunité de concrétiser ce projet, un peu fou, dans lequel nous portons beaucoup d’espoir. Cela lui donne une crédibilité et une visibilité plus importante, ainsi qu’une forme de fierté pour les élèves. Ce n’est pas tous les jours qu’un petit collège de campagne a la chance d’être pilote d’un projet aussi original. Qui plus est, nous avons trouvé dans la FQF des interlocuteurs sympathiques et attentifs à nos demandes.

Clément, vous avez réalisé l’affiche de la prochaine Coupe de France de quidditch. Comment vous est venue l’idée de cette affiche ?
C. Rendu : J’ai toujours aimé bricoler avec les logiciels de graphisme depuis le lycée. Dans le cadre du projet, nous avons été amenés à réaliser différents visuels et cela m’a poussé à réfléchir sur les codes graphiques du Quidditch. Durant les vacances d’été, j’ai continué cette recherche en épaulant l’équipe des « Cygnes de Cambrai » dans la recherche de leur identité visuelle. C’est à ce moment-là qu’est parue l’annonce du concours pour l’affiche. Étant en vacances, j’ai sauté sur l’occasion en m’inspirant de l’héraldique de Nantes et des recherches graphiques menées pour le projet du collège. C’est un immense honneur pour la maison Mortarion d’être liée à cet événement (petit tacle pour mes collègues).  Et je tiens à remercier les élèves, mes collègues (quand même), mon balai, mon premier vif-d’or et la réserve du CDI sans qui tout cela n’aurait pas été possible.

Leave a Reply