© 2016 - Stéphanie Berthelot / FQF
© 2016 - Stéphanie Berthelot / FQF

WORLD CUP 2016 | Célie, Alice, Fiona, Florian et les autres

Les 23 et 24 juillet 2016, l’Équipe de France de Quidditch a participé à la Coupe du Monde de Quidditch à Francfort (Allemagne). Un rendez-vous qui a réuni joueurs, responsables de la Fédération, aux supporters, mais surtout des bénévoles. Coup de projecteur sur ces derniers sans qui l’évènement n’aurait pas eu lieu !

Célie
En quoi consistait ton rôle ?
J’ai été Goal Ref (arbitre de but, ndlr), je me suis occupée de l’installation des terrains, des chaises, le montage des tentes. J’étais aussi en charge de la surveillance et de l’accueil à l’entrée.

Est-ce la première fois que tu faisais ça ?
J’ai déjà été goal ref lors de la dernière coupe de France en février 2016 à Toulouse.

Qu’as-tu ressenti lors de cette coupe du Monde ?
Principalement de la chaleur et de l’excitation mais j’étais très contente d’être là ! La personne responsable des bénévoles s’est très bien occupée de nous. Certaines équipes nous ont remerciés pour notre travail. Ce fut une très bonne expérience même si ce fut épuisant !

Alice
En quoi consistait ton rôle ?
J’ai été Goal Ref, j’ai été au stand de vente de marchandises mais celles-ci ont été très vite à court de stock. J’étais également en charge de l’orientation des personnes et de l’accueil. J’ai aussi ramassé les déchets.

Est-ce la première fois que tu faisais ça ?
J’ai déjà été Goal Ref lors de la dernière coupe de France et à l’EQC en avril 2016 à Gallipoli en Italie.

Qu’as-tu ressenti lors de cette coupe du Monde ?
Une expérience épuisante dans le sens où j’ai été amenée à effectuer des tâches pour lesquelles je ne m’étais pas portée volontaire. L’encadrement des volontaires était excellente ! C’est agréable quand quelques personnes remarquent notre présence et nous en remercie.

Fiona
En quoi consistait ton rôle ?
J’ai été acceptée en temps que Time Keeper, c’est à dire chronométreuse. Être time keeper implique de prêter attention à l’arbitre à tout moment afin d’arrêter le temps lors de brooms down, mais aussi de prévenir arbitres, coaches et commentateurs du temps écoulé. Il est aussi en charge de faire les décomptes pour les joueurs lors des minutes de suspension pour carton, pour le vif d’or et pour les attrapeurs. C’est donc un rôle important mais qui permet aussi d’avoir une place de choix pour voir certains matches !

Est-ce la première fois que tu faisais ça ?
J’avais déjà été Time Keeper et Score Keeper lors de la Northern Cup et de la Valentine’s Cup III en Angleterre en février 2016.

Qu’as-tu ressenti lors de cette coupe du Monde ?
Cela été incroyable pour moi et m’a permis de voir jouer de plus près l’élite du quidditch mondial, mais aussi d’officier sur les matches d’équipes comme le Canada, l’Australie ou les États-Unis. Voir autant de gens venus du monde entier se réunir pour ce sport et jouer avec talent tout en conservant cet esprit propre au quidditch était une expérience fantastique. Supporter l’équipe de France avec les autres personnes ayant fait le déplacement reste aussi un de mes meilleurs souvenirs, particulièrement pour les bêtises qu’on a pu crier sur le bord du terrain, et qui ont au moins le mérite d’avoir fait sourire les joueurs !

Florian
En quoi consistait ton rôle ?
Je me suis proposé en tant que volontaire-arbitre à la coupe du monde afin que la France puisse être représentée au niveau arbitrage. J’ai pu arbitrer trois matchs comme arbitre du vif d’or : Corée du Sud – Espagne / Corée du Sud – Royaume-Uni / Slovénie – Irlande.

Est-ce la première fois que tu faisais ça ?
J’ai déjà arbitré plusieurs matchs, mais rarement en la qualité d’arbitre du vif d’or. Je n’avais par contre jamais assisté à une formation sur l’arbitrage, et je trouve que cela m’a beaucoup apporté et intéressé. [Florian animera un stage arbitre à Lunéville, les 27 et 28 août prochains, ndlr]

Qu’as-tu ressenti lors de cette coupe du Monde ?
J’ai d’abord été très heureux de pouvoir assister à cet événement et voir des équipes autrement que sur internet. J’attendais aussi de voir s’il y aurait beaucoup de monde pour voir du quidditch, et je pense que sur ce point, c’est réussi. J’ai beaucoup apprécié l’organisation qui a permis à tous les matchs de se terminer à l’heure, mais aussi l’arbitrage qui a réduit les temps de discussion afin de garantir un temps de jeu le plus continu possible.
On ne peut finir sur ce point sans avoir une pensée sympathique pour l’équipe de France avec laquelle j’ai vibré pour le match contre l’Australie, ces émotions que seul le sport peut véhiculer avec la joie et l’envie d’être supporter à fond derrière son équipe.

Leave a Reply